Implanté dans l’Eure (27), le Centre de Recherche, Développement et Assistance Technique de l’Ouest (CERDATO) est l’un des plus importants laboratoires du groupe Arkema. Ses 250 chercheurs se consacrent à l’étude et au développement de matériaux de haute performance, majoritairement biosourcés et recyclables.

Une histoire made in Normandy

Quel est le point commun entre la moquette du paquebot France, les chaussures des athlètes de haut niveau, les paniers de lave-vaisselle et les lignes de refroidissement des batteries de voitures électriques ? Serquigny, dans l’Eure ! C’est ici que, depuis 45 ans, le Centre de Recherche, Développement et Assistance Technique de l’Ouest (CERDATO) d’Arkema met au point des matériaux polymères, pour la plupart d’origine végétale, que l’on retrouve un peu partout…

Ce laboratoire est né, à l’origine, de la volonté du groupe français de regrouper ses activités de recherche consacrées aux matériaux sur un même site. Serquigny est choisi, en 1979, pour sa proximité avec Paris et son usine de production, qui permet de transposer directement les innovations nées dans les éprouvettes des chercheurs sur les lignes de fabrication.

Notre positionnement géographique en Normandie reste aujourd’hui encore un atout. L’accessibilité du site nous permet de recevoir au moins une visite tous les deux jours – clients, partenaires académiques, etc.-, et d’attirer des salariés séduits par le cadre de vie.

Développer des matériaux à empreinte positive…

Serquigny est aussi un site historique pour la marque. C’est ici qu’est né, en 1947, le polyamide 11. Baptisé alors Rilsan® – en hommage à la Risle toute proche et à l’huile de Ricin dont il est dérivé – ce plastique d’origine végétale reste l’un des produits phares d’Arkema. Le groupe français, seul à en détenir les secrets de fabrication, le produit en France mais aussi aux États-Unis, en Chine ou à Singapour, et l’exporte dans le monde entier.

Aujourd’hui, le CERDATO est le seul des 17 centres de R&D d’Arkema à se consacrer exclusivement aux matériaux polymères de haute performance. Ses 250 chercheurs planchent quotidiennement sur le développement de nouveaux matériaux à partir des grandes familles de produits du groupe : le polyamide 11 Rislan®, l’élastomère Pebax®, mais aussi les poudres polyamides Orgasol® et les biomatériaux oléochimiques Oleris®, tous biosourcés, ainsi que le PVDF Kynar® ou le PEKK Kepstan®.

©Arkema

“A travers le CERDATO, l’ambition d’Arkema est de développer des matériaux à empreinte positive, soit parce qu’ils sont fabriqués à partir de matières premières biosourcées, soit parce qu’ils sont 100 % recyclables, voire les deux. Notre objectif est que, d’ici 2030, tous nos produits se différencient positivement de ceux qui existent déjà sur le marché par leur positionnement durable et leur empreinte environnementale réduite.”
Anne Christmann

… tout en décarbonant ses activités

Pour y parvenir, le groupe affiche une politique forte en matière de décarbonation de ses sites : optimisation de ses procédés industriels pour les rendre moins énergivores, recours aux énergies renouvelables. En janvier 2023, Arkema a ainsi signé avec Engie l’un des plus importants contrats pour la fourniture de biométhane renouvelable en France (300 GWh/an). Il alimente plusieurs de ses sites de production pour permettre la production de polyamide 11. À son niveau, le CERDATO fait également l’objet d’un plan de sobriété énergétique pour réduire ses consommations d’eau et d’énergie. Des mesures qui doivent permettre de réduire encore l’empreinte carbone de ses gammes de matériaux biosourcées, qui offrent déjà une empreinte carbone réduite par rapport aux matériaux équivalents d’origine fossile…

Le monde aura toujours besoin de matériaux : notre responsabilité, en tant qu’industriel est d’apporter des solutions qui répondent aux défis actuels, avec des produits respectueux de l’environnement et des populations.

De nombreux domaines d’application

Ces matériaux de demain sont mis au point par les chercheurs du CERDATO à partir des besoins de ses clients – plus de souplesse, de légèreté, de durabilité – ou pour répondre à de nouveaux marchés. Ils trouvent ainsi des applications dans de nombreux domaines : construction, biens de consommations (équipements électroniques, chaussures), transports, traitement de l’eau, énergie… “Les marchés du CERDATO entrent parfaitement en résonance avec certains programmes et filières industrielles en Normandie comme l’hydrogène, l’automobile ou encore l’impression 3D…”, observe la directrice du centre de recherche.

Le CERDATO a ainsi intégré, depuis 2019, un laboratoire dédié à l’impression 3D par fusion de poudres polymères, avec 3 “imprimantes” dernier cri. Un investissement de 4 millions d’euros aidé par la Région Normandie à hauteur d’1 million dans le cadre de la marque FAN (Fabrication Additive Normandie), lancée par NAE. Celle-ci fédère acteurs industriels et académiques du territoire pour développer cette technologie au sein des entreprises normandes. L’innovation, comme une traînée de poudre…

©Arkema

Arkema à Serquigny en bref

  • Spécialisé dans les matériaux de haute performance (adhésifs, revêtements, matériaux avancés), Arkema compte plus de 21 000 salariés à travers ses 148 sites de production répartis dans 55 pays du monde.
  • Son site de Serquigny, dans l’Eure, se compose d’une usine de production (400 salariés) spécialisée dans la production du polyamide 11 Rilsan® et du CERDATO (250 salariés). Il représente l’un des principaux employeurs du bassin de Bernay.
  • En février 2024, Arkema a investi 30 millions d’euros sur le site de Serquigny pour lancer une nouvelle ligne de fabrication de l’élastomère Pebax®. Objectif : augmenter sa capacité de production de 40 % pour répondre à la demande mondiale, en croissance constante.

 

Ce contenu vous a été utile ?