Entre activité soutenue, grands chantiers et modernisation en marche, l’industrie normande est à la recherche constante de compétences et de nouveaux talents. Dans ce contexte, la formation est devenue un enjeu clé. Si de nombreux cursus, du CAP au BAC+5, sont accessibles en région, les acteurs locaux s’organisent pour renforcer l’offre de formation… et faire naître des vocations. 

Un enjeu majeur pour l’avenir

CPM-Industries-seine-maritime

La formation est devenue la préoccupation n°1 des industriels normands. D’un côté, l’évolution de la pyramide des âges (⅓ des effectifs a plus de 50 ans dans l’industrie) et les grands projets industriels qui se profilent (EPR, parcs éoliens offshore, hydrogène…) promettent d’augmenter encore les besoins en recrutement. Certains métiers opérationnels déjà très recherchés – soudeurs, chaudronniers, techniciens de maintenance – le seront encore plus dans les années à venir. 

De l’autre, le mouvement vers une industrie 4.0 entraîne une nécessaire évolution des compétences. L’étude sur les mutations de l’industrie normande, réalisée en 2021 par l’Observatoire Compétences Industries (OPCO 2i), souligne comment la digitalisation accélère la transformation de certains métiers et en fait apparaître de nouveaux : automaticien, data manager, data analyst, responsable cybersécurité… 

Il est aujourd’hui nécessaire de faire évoluer les salariés déjà en place, comme de former et d’intégrer des personnes plus éloignées de l'emploi. Trouver la bonne articulation entre les besoins d’aujourd’hui et les métiers de demain est le défi de la formation professionnelle pour l'industrie normande

Les acteurs en ordre de marche

Sur le terrain, acteurs institutionnels, branches professionnelles et instances économiques se coordonnent pour répondre, au plus près, aux besoins des industries locales.  

Dans son Étude sur l’adéquation entre l’offre de formation et les besoins en compétences de l’interindustrie en Normandie, sortie en 2023, l’Observatoire Compétences Industries (OPCO2i) recense ainsi 932 organismes et 19 067 formations industrielles en Normandie.  

Depuis 2018, l’OPCO 2i accompagne les entreprises des 29 branches de l’industrie dans leur développement stratégique RH (formation continue, certification, apprentissage, alternance). L’équivalent, en Normandie, de 5 000 entreprises et 170 000 salariés. L’opérateur de compétences met à leur disposition un catalogue de formations (Actions clés en mains) en constante évolution, à des prix négociés. Il leur facilite aussi l’accès à différents dispositifs (Action de Formation en Situation de Travail, Préparation Opérationnelle à l’Emploi collectif, etc.). 

Les industriels, acteurs de la formation professionnelle

De leur côté, les entreprises n’hésitent pas à monter les formations ou les pôles d’excellence qui leur font défaut. Dès 1999, Saverglass créait, par exemple, son école au Havre pour pallier l’absence de formations dans l’industrie du verre. En 2016, FORVIA (ex-Faurecia) inaugurait son centre de formation dédié aux métiers de la production industrielle (Le Cercle de Galilée), sur le campus industriel de Caligny. 

Plus récemment, en 2022, un consortium porté par le pôle de compétitivité NextMove et Renault a lancé la E-Mobility Industry Academy (EMIA). Objectif : faire monter en compétences les professionnels de l’automobile, dans la perspective de l’arrivée des moteurs électriques sur les chaînes de production. La même année, quatre grands industriels du Cotentin (EDF, ORANO, CMN et Naval group) ont ouvert une haute école de soudure, l’HEFAÏS, pour faire face à la pénurie de main d’œuvre dans le métier. 

Découvrez le portrait de Jayson, un jeune soudeur cherbourgeois vainqueur des Worldskills 2023, qui s’est entraîné à l’HEFAÏS.

Les écoles de production fleurissent 

Soutenues par la Région Normandie, une dizaine d’écoles de production ont ouvert leurs portes ces dernières années, souvent sous l’impulsion des entreprises locales. Ces établissements techniques offrent à des jeunes de 15 à 18 ans l’opportunité de décrocher un diplôme dans le secteur industriel. 

  • L’école d’usinage du Cotentin : elle forme aux métiers de l’usinage traditionnel et à commande numérique (CAP de conducteur d’installation de production et Bac Pro Technicien d’usinage). 
  • Usin’Eure : l’école dispose d’un atelier d’usinage de 850 m2 tout équipé pour former des jeunes aux métiers de la métallurgie (CAP Conducteur d’installation de production).  
  • Métal Academy : Près de Caen, cette entreprise-école propose un CAP Réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage et un Bac Pro Technicien en Chaudronnerie Industrielle. 
  • EPIFA61 : Depuis 2023, l’école de production de Flers Agglo prépare au CAP Conducteur d’installation de production. 

Des projets liés aux grands chantiers industriels

Face aux grands projets industriels qui s’annoncent en Normandie, les lignes bougent. Près de Dieppe, où EDF prévoit de recruter jusqu’à 8 500 personnes pour la construction de deux réacteurs nucléaires nouvelle génération (EPR de Penly), les projets s’accumulent. Une nouvelle école de production en usinage, portée par l’UIMM Rouen-Dieppe et Dieppe Méca Énergie est à l’étude. 

A quelques kilomètres, à Arques-la-Bataille, un nouveau “campus des métiers en tension” prend forme sur l’ancienne friche Regma. Porté par deux entreprises privées (Odyssée Immobilier et ProAgora), en lien étroit avec les collectivités locales, le projet vise à réunir sur un même site (1 500 m2 + 5 000 m2 d’ateliers) les infrastructures et les formations identifiés par les entreprises du territoire, les organismes de formation et les différentes branches professionnelles (UIMM, FFB, FRTP). Le nouveau campus devrait contribuer à former 4 à 5 000 personnes notamment pour le chantier de l’EPR. Il ouvrira ses portes dès 2024 avec des formations de techniciens de maintenance, chaudronnerie et génie civil. 

Ces projets montrent bien la capacité des industriels locaux à s’organiser pour répondre à leurs propres besoins, en concertation avec les autres acteurs et en complémentarité avec la formation initiale. Ils ont désormais clairement une démarche pro-active sur le sujet.

Une ambition régionale

La Région, qui pilote la formation professionnelle, affiche par ailleurs clairement ses ambitions : faire de la Normandie un territoire d’excellence, d’innovations et d’expérimentations grâce à la recherche et à la formation de ses étudiants. Elle y consacre chaque année, depuis 2016, 50 à 70 millions d’euros. Ramené au nombre d’habitants, il s’agit d’un des plus importants budgets dédié à l’enseignement supérieur de toutes les régions françaises. 

Une  stratégie qu’elle met en œuvre à travers son schéma régional d’enseignement supérieur, recherche et innovation (SRESRI). Pour 2022-2028, celui-ci prévoit d’accompagner les établissements dans la conception et la valorisation d’une offre de formation dans les filières industrielles nucléaires et des énergies marines renouvelables.

Augmenter l’offre de formations dédiées à l’industrie nucléaire

C’est dans ce contexte que le projet 3NC (Normandie Nucléaire, Nouvelles Compétences) a été désigné lauréat de l’appel à projet “Compétences et métiers d’avenir”. Fédéré par la Région et porté par les universités, les grandes écoles, et les entreprises de Normandie, ce projet vise à augmenter l’offre de formation de techniciens et d’ingénieurs, dans la perspective de la reconstruction d’une filière électronucléaire française. Il bénéficiera d’un financement de 42 millions d’Euros de l’État, augmenté de 20 millions d’euros par la Région et les entreprises. Il permettra à près de 6 000 jeunes de l’infra-bac au bac +2 et à près de 750 étudiants de bac +3 et plus de se former aux métiers du nucléaire d’ici 2030.  

Studio 911

Les formations à l’industrie en Normandie, du CAP au BAC+5…

Reste que la Normandie accueille déjà de nombreuses filières de formations dédiées à l’industrie. 

Trois campus d’excellence des métiers et des qualifications

Elle recense pas moins de trois campus d’excellence des métiers et des qualifications. Ils regroupent, sur le territoire, des établissements d’enseignement secondaire et supérieur, de formation initiale ou continue, autour de secteurs d’excellence : le campus CEINE (industries de l’énergie), le campus biotechnologies et bio-industries (pharmacie, agroalimentaire, cosmétiques, packaging) et le campus Industries de la mobilité

Des formations spécialisées

De nombreuses possibilités sont offertes localement pour se former aux métiers de l’industrie en Normandie, en particulier grâce à différents établissements spécialisés. Depuis 2023, l’École des Applications Militaires de l’Énergie Atomique (EAMEA), basée à Cherbourg-en-Cotentin, propose, en partenariat avec l’Éducation nationale, un BTS Maintenance des systèmes de production nucléaire. Le seul du genre en France.  

L’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie, l’une des principales branches professionnelles du secteur, dispose, elle, de trois pôles Formation en région : UIMM Grand Ouest Normandie, UIMM Eure Seine Estuaire et UIMM Rouen-Dieppe, avec une dizaine d’implantations pour des formations du CAP au Bac+3. Face aux perspectives d’emplois, l’UIMM renforce actuellement ses capacités de formation à certains métiers industriels (soudage, chaudronnerie, robinetterie) et ouvre de nouveaux cursus (techniciens de maintenance, électrotechnique, automatisme, énergies, industrie du futur, etc.). 

Polyvia-plasturgie-alencon-etudiante-orne

D’autres établissements spécialisés proposent des formations aux métiers de l’industrie, comme le groupe FIM CCI Ouest Normandie (industrie, logistique, international, gestion finance, etc), Polyvia Formation (plasturgie et composites) ou encore IMT (industries santé et bien-être). Parallèlement, les nombreux lycées et CFA du territoire (Saint Lô Thère, Coutances, Evreux, Caen, Dieppe, Le Havre, Alençon, CFA de l’Université du Havre…) affichent aussi des formations spécialisées dans l’industrie, du CAP au BAC+3. 

Des formations supérieures

Les grandes universités normandes ne manquent pas de cursus appliqués à l’industrie. Parmi eux, le diplôme d’ingénieur en Génie Nucléaire de l’Université de Caen Normandie, le Master Chimie spécialité Arômes, Parfums et Cosmétiques de l’Université Le Havre Normandie, ou le Master Microbiologie, Parcours santé, bien-être et Industrie de l’Université de Rouen Normandie

Les IUT (IUT Evreux, IUT Le Havre, IUT Rouen) offrent, quant à eux, de nombreux diplômes en lien direct avec le secteur :: BUT génie industriel et maintenance, BUT génie électrique et informatique industrielle, licence pro Industries pharmaceutiques, etc. 

Sans oublier les nombreuses écoles d’ingénieur.e.s implantées en Normandie : INSA Rouen Normandie, ESIGELEC, Ensicaen, CESI, ESIX NORMANDIE, CNAM Normandie, ITII Normandie, ESITECH, Isel, Unilasalle, etc. Sous l’impulsion de la Région, trois nouveaux établissements déploieront des antennes locales : l’ISen Yncréa à Caen, l’ECAM à Cherbourg et la prestigieuse Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers, au Havre…  

Retrouvez les formations dédiées aux métiers de l’industrie disponibles en Normandie sur  
– la plateforme régionale “Des parcours, un métier”,  
– le portail du Carif-Oref de Normandie, trouvermaformation.fr  
– le portail de Normandie Université. 

A la Une sur Industrie

L’industrie du futur se construit en Normandie

Officiellement lancé au début de l’année 2023 sous statut associatif, le Club Industrie du futur Normandie, présidé par Sébastien Decubber, Directeur Exécutif Adjoint de Nutriset France, regroupe aujourd’hui une quinzaine d’entreprises. L’objectif ? Imaginer et construire collectivement le futur de l’industrie. Portrait d’un club qui se veut différenciant et qui accueille toutes les bonnes volontés…

Regards croisés : le soudage

L’industrie, un “contre-routine”

Aptar : un groupe innovant

Regards croisés : le contrôle industriel

En Suisse normande, Cotral Lab, leader mondial des protections auditives sur mesure

EASTMAN : une usine unique au monde en Normandie

ETI : zoom sur les champions cachés du territoire

Ce contenu vous a été utile ?

Enregistrer

Partager ce contenu