Rouen-Carte-localisation

À 49 ans, Muriel Bardor réalise son rêve de gosse, ou presque. Elle qui, plus jeune, aspirait à lutter contre les maladies génétiques a finalement trouvé comment produire, à partir de microalgues, des anticorps capables de traiter certains cancers… Sa start-up, Alga Biologics, s’est déjà vu décerner plusieurs prix, dont celui de Normandie4Good, en 2023.

En quête d’une alternative à la production de biomédicaments

Enseignante-chercheuse en biologie à l’Université de Rouen Normandie depuis une vingtaine d’années, Muriel Bardor cherchait un moyen de produire autrement des biomédicaments. Des traitements qui coûtent aujourd’hui si chers “que seule 5 % de la population mondiale y a accès”, souligne-t-elle.

Après avoir penché son microscope sur les plantes, la chercheuse normande s’intéresse aux pouvoirs des microalgues. Huit ans de recherche fondamentale lui permettent de démontrer, en 2018, que Phaeodactylum, déjà utilisée dans l’industrie agroalimentaire et cosmétique, est capable de produire des anticorps contre le virus de l’Hépatite B, le VIH et certains cancers (cancer du sein, lymphomes).

Le pouvoir de la mer contre le cancer

Espèce microscopique, pouvoirs géants

L’espèce, dont la taille ne dépasse pas les 100 micromètres, présente bien d’autres atouts. Facile et moins coûteuse à produire, elle capture naturellement du CO2. Avec elle, Muriel Bardor et son équipe peuvent donc envisager une production de biomédicaments décarbonée et responsable. La chercheuse fonce et crée sa start-up, Alga Biologics, en 2021, accompagnée de Catherine Gallot, spécialiste de l’industrie, d’Hubert Bonnefond, entrepreneur, et de Normandie Valorisation.

Notre objectif est de permettre un meilleur accès aux soins à un plus grand nombre de patients, tout en étant vertueux dans la production de biomédicaments.

Muriel Bardor & Catherine Gallot

Pour déployer sa technologie, l’équipe a décidé de se concentrer sur la production d’anticorps pour traiter les neuroblastomes : des cancers pédiatriques, en augmentation, qui touchent 24 000 enfants par an dans le monde.


“Cela me tient d’autant plus à cœur qu’il existe encore peu de traitements innovants les concernant. Ceux qui sont disponibles sont vendus 1 million de dollars aux États-Unis et 400 000 euros en Europe, avec une efficacité limitée…”.

Une levée de fonds pour accélérer l’industrialisation de la production

En novembre 2023, Alga Biologics a sécurisé des fonds grâce au programme France 2030. Une étape qui a permis à la start-up de financer un premier photobioréacteur de 200 litres pour tester une production à grande échelle… et conserver son avance.

Encore hébergée à l’Université de Rouen Normandie, Alga Biologics cherche aussi des locaux où s’installer.
Avec les premières productions d’anticorps, la start-up deetech va pouvoir mener des tests pré-cliniques jusqu’en 2025. Avant des tests chez l’homme, en 2026, et une commercialisation autour de 2032… Alga Biologics aura alors toutes les cartes en main pour produire de nouveaux anticorps, capables de traiter d’autres types de cancers chez les adultes et certaines maladies auto-immunes.

Une lueur d’espoir pour de nombreux malades et leurs familles. 

Il y a encore quelques mois, nous étions les seuls, à l'échelle mondiale, à produire des anticorps à partir de microalgues. Des initiatives émergent aujourd’hui en Allemagne ou en Australie, ce qui va accélérer la dynamique. L’enjeu pour nous est d’arriver à rester pionnier."

La start-up normande intègre l’Index French Blue Tech

Alga Biologics a déjà reçu de nombreuses récompenses et elle fait notamment partie de l’Index French Blue Tech des meilleures start-ups du maritime en France !
La Normandie brille sur ce tableau avec 4 startups sélectionnées :

Un écosystème normand favorable aux start-ups

“ En tant que porteur de projet, on est particulièrement bien accompagné en Normandie. L’écosystème local nous soutient avec beaucoup de bienveillance “, observe Muriel Bardor.
Pour créer Alga Biologics, la chercheuse normande a pu bénéficier du programme STERNE et de l’accompagnement de Normandie Incubation et Normandie Valorisation, plateforme dédiée au transfert de technologies de Normandie Université. Elle a également eu le soutien financier de l’Université de Rouen Normandie, qui a investi pour la première fois dans une start-up avec Alga Biologics.

A noter que la start-up normande est également soutenue par le Genopole, incubateur francilien dédié aux biotechnologies.

La filière santé innove en Normandie

Laboratoire Dielen : de la mer aux actifs naturels

Fondé en 1978 par Bernard Noël, ingénieur agronome, le laboratoire Dielen est aujourd’hui l’un des principaux leaders de la biotechnologie marine française. Respectueuse de l’environnement et résolument RSE, l’entreprise manchoise ne cesse d’innover et recrute régulièrement. Portrait. https://youtu.be/eFG5kefMEj0 Une famille de scientifiques Créé en 1978 à Cherbourg-en-Cotentin par Bernard Noël, jusqu’alors ingénieur dans l’industrie laitière,…

Amélie HEURTAUX

Aptar : un groupe innovant

IRIS Interactive

Cyceron : un écrin d’innovations au service de la santé

IRIS Interactive

Des secteurs d’avenir en Normandie !

IRIS Interactive

En Normandie, deux Centres luttent contre le cancer

IRIS Interactive

La réalité virtuelle au service de la recherche

IRIS Interactive

Le Medical Training et Testing Center de Rouen : pédagogie et recherche innovantes

IRIS Interactive

Loop Dee Science : une start-up innovante

IRIS Interactive

Santé : zoom sur 5 distinctions normandes

Anaïs CONNAN

Ce contenu vous a été utile ?